Mal au dos? c’est souvent le pied… lisez et vous comprendrez…

Je voudrais dédier cet article à Catherine, qui m’écrit : “Vous, qui avez subi tant d’accidents et de traumatismes, comment faites vous pour ne plus avoir mal au dos et ne pas vous fatiguer dans votre activité ?”

Je pense qu’il existe beaucoup de « Catherine » parmi vous, et j’espère que ma réponse apportera des solutions à un mal récurrent et comblera certaines lacunes de l’enseignement en esthétique.

Si j’accorde une grande place à l’éducation de la main, j’ai aussi coutume de dire :”on ne masse pas avec les mains, mais avec les pieds”, ou encore : “En massage, les jambes sont vos alliées, ce sont elles qui vous permettent de ne pas vous fatiguer et de ménager votre dos”.

La vie de tout un chacun est jalonnée de difficultés ou problèmes plus ou moins importants, dont on ne trouve pas toujours les solutions, d’autant moins si le problème n’est pas vécu comme dramatique.

Par contre, si le problème est crucial, il faudra prendre le temps de chercher et de trouver une vraie solution, quels qu’en soient les tenants, car c’est “l’aboutissant” qui est le seul moteur.

Fi de la mode, des on-dit ou des faux-fuyants, seul le résultat compte ! Si cette recherche aboutit et le résultat obtenu, alors le problème ou la situation dramatique auront été une véritable chance.

Pour être concis, je vous dirai donc que j’ai eu l’extrême chance d’être né prématuré de 1 mois 1/2, d’avoir grandi de 22 centimètres en une année à l’adolescence, et d’avoir eu une cinquantaine de chutes ou d’accidents graves qui ont conduit mon dos à un tel état de délabrement que même les services de restauration des chefs-d’oeuvre en péril n’auraient pas voulu s’y attaquer, confirmant ainsi le diagnostic de ce chirurgien orthopédique à l’âge de 22 ans : “Dans l’état où vous êtes, il va falloir envisager rapidement l’achat d’un fauteuil roulant”.

Sombre perspective pour quelqu’un qui ne supportait pas de rester assis plus d’un quart d’heure mais dont la colonne cervicale pouvait rester bloquée pendant plusieurs jours à la suite d’un simple éternuement.

Et c’est souvent dans ce genre de cas que les vraies solutions sont les solutions les plus simples.

On dit souvent “qu’il faut retrouver les bases”, et là, c’était bien le cas, car c’est en partant des pieds, que j’ai pu, enfin, retrouver l’équilibre.

Réapprendre à marcher lorsqu’on a 22 ans… peut paraitre saugrenu, surtout si vous envisagez de le faire aussi bien en marche arrière qu’en marche avant !

Faire 2km500 en marchant, le matin, pour aller travailler, passera inaperçu, mais faire le même trajet en marche arrière, à midi, vous fera très vite passer pour un original. En recommençant l’expérience à14h et à 18h, vous devenez très vite une figure locale et je suis sûr que certains habitants du Vieux- Lyon s’en rappellent encore, d’autant que le petit jeu a bien duré six mois.

Marcher droit, les pieds parallèles, en avant et en arrière, n’est pas si évident que ça et demande des mois d’entrainement.

A cette époque, la mode féminine était aux chaussures à semelles compensées, souvent en liège, hautes d’environ une quinzaine de centimètres. Et c’est ainsi, qu’un jour, assis à la terrasse d’un café avec mon prof d’ostéopathie, me vint la révélation.

Une superbe blonde (ou brune?) passant près de nous, il me fit cette réflexion : “Regarde, ça, c’est ma retraite”.

Constatant que mon regard n’était ni dans la bonne direction ni à la bonne hauteur, il ajouta :”Non, regarde les pieds”.

Effectivement, en regardant les pieds, je me rendis compte du parcours du combattant qu’elle était en train d’effectuer, tellement ses chaussures étaient inconfortables, ne lui permettant pas de dérouler le pied et lui assurant ainsi de se faire quelques micro-entorses à chaque pas.

La grande chance, c’est qu’à cette époque, c’était aussi la mode de la mini-jupe, et qu’on pouvait ainsi avoir une leçon d’anatomie assez complète de la jambe…

Certes, le mollet était galbé, mais les genoux pleuraient à chaudes larmes, exténués de devoir sans arrêt rétablir les déséquilibres du pied. Les fesses étaient rebondies, de fait, car elles devaient être constamment serrées pour que le basin ne se vrille pas sur lui-même.

Elle était maintenant de dos, et je pouvais la contempler à loisir, d’autant qu’en ce début d’été, elle était très légèrement vêtue. Les omoplates resserrées, les épaules légèrement relevées et la nuque complètement fixée, assuraient ce piètre équilibre, sous peine de devenir totalement dégingandé.

Quand on sait qu’un simple déséquilibre des genoux et du bassin, peut entrainer des problèmes organiques, digestifs par exemple, circulatoires, et même retentir sur la sexualité, on mesure l’ampleur des conséquences, sachant que ces problèmes ne pourront pas être réglés tant que les pieds n’auront pas été soulagés. Je persiste et je signe.

“Tu vois, cette fille, dans 15 ans, elle ne se souviendra pas qu’elle portait ces chaussures, et elle viendra me voir pour un mal de dos récalcitrant, et ce sera ma cliente jusqu’à ma retraite.”

Bon Dieu ! mais c’est bien sûr!

Il fallait que je change de chaussures, mais surtout que je trouve les “bonnes” chaussures.

C’est quoi…les “bonnes chaussures”?

Pour répondre à cette question, il faut d’abord répondre à celle-ci : A quoi ça sert les chaussures?

Il est bien évident que pour avoir la réponse juste, il faut parler vrai, et non plus, s’arranger.

Pour mieux me faire comprendre, je vais prendre une image : lorsqu’on dit que le repas sert à se réunir et à discuter dans une famille, on ne parle pas de diététique. Manger sert à se nourrir, et je ne vois pas l’intérêt de manger pour discuter. Alors, si vous pensez encore que les chaussures sont ou ne sont, qu’un accessoire de beauté, je ne pourrai pas vous convaincre, et je n’ai pas grand chose à vous proposer.

Les chaussures servent avant tout, essentiellement, et même uniquement, à protéger le pied. A le protéger du chaud, du froid, de tout choc ou de toute agression. C’est cela la valeur intrinsèque d’une chaussure.

A l’heure où j’écris cet article, et même à l’heure où vous le lisez, sachez que sur cette terre, il y a plus de gens qui marchent pieds nus qu’avec des chaussures. Et il faut savoir que, pour ces gens, “j’ai mal au dos” ne fait pas partie de leur vocabulaire, encore moins de leurs préoccupations quotidiennes, et que vouloir devenir ostéo pour ces populations, c’est courir à sa ruine ou choisir une voie de clown !

Tous les orteils écartés, le pied charnu et pratiquement à plat sur toute sa surface, assurent aux genoux, au bassin, et par conséquent à la colonne toute entière, une assise stable et l’absence de tensions dans tout le dos.

“Ah oui! mais c’est pas joli!”

Face à cette réflexion il m’en vient une autre : “Qu’est ce qui est joli? » sachant que d’un pays à l’autre, d’une époque à l’autre, les critères et les références changent.

Et puis, pardonnez moi pour la comparaison, mais j’aime les images qui parlent plus que tous les raisonnements.

Supposons que demain, un designer de renom vous propose de remplacer les roues et les pneus de votre voiture par des roues et des pneus de vélo, sous prétexte que c’est plus fin, plus élégant.

Essayez réellement d’imaginer que vous conduisez cette voiture. A mon avis, le premier trottoir, c’est pour vous, et même si vous parvenez à l’éviter, le premier virage mettra fin à votre escapade. Ce qui serait ahurissant, c’est qu’à la suite de cet incident, vous alliez voir votre mécano (l’ostéo automobile) en lui disant que vous ne comprenez pas, qu’il doit trouver une solution immédiate car vous avez besoin de votre véhicule, et remettre des roues de vélo, encore plus élégantes si possible! Je pense que lui aussi, a de grandes chances de vous conserver comme cliente jusqu’à la retraite.

Au début on n’avait pas compris

Aujourd’hui oui…

Eh bien, les pneus de vélo  sur une voiture, ce sont les talons-aiguilles des chaussures, qui ne permettent même pas de disposer de plus du tiers de la surface normale du pied. Réduisez de 70% la surface de vos pneus et vous ne pourrez plus rouler, même si c’est, soi-disant, plus joli. Entre parenthèse, les vrais pilotes automobiles mettent des pneus très larges, et pour cause.

Mais ne voulant pas passer pour un machiste invétéré, parlons un peu des hommes…

Il y a une petite dizaine d’années, est née en Italie, la mode des chaussures longues et pointues pour les hommes. Sincèrement, la première fois que j’ai vu ça, en allant enseigner en Italie, je n’ai pu m’empêcher de pouffer, et Mesdames, je vous propose de regarder aussi attentivement la démarche des hommes ainsi accoutrés. Si vous n’en avez pas sous les yeux, essayez de vous rappeler la fois où vous avez essayé de marcher avec des palmes. Et si vous n’avez pas vécu cette expérience, regardez la démarche de Donald dans un vieux Walt Disney. Après les Santiag qui donnaient la démarche de l’autruche, voici la chaussure- canard qui assure cul-serré, ventre rebondi et tête en avant…La classe!

Chère Catherine, je pourrais continuer ainsi pendant des pages, mais aucune campagne anti-tabac n’a pu décourager un fumeur, alors que celui qui a un cancer du poumon ne se pose plus la question.

Pour finir sur ce sujet, en ces temps où l’on veut nous vendre que tout ce qui vient de l’orient est l’ultime stèle de la sagesse, je pouffe et je repouffe, car du peu de ma méconnaissance, il me semble que tous les méridiens aboutissent au bout des orteils et qu’ils ne doivent en aucun cas être entravés dans leur circulation, surtout pas à la base.

Alors quand je vois quelqu’un nous parler d’énergie avec ses chaussures à talons-aiguilles ou avec ses chaussures-canard, je pouffe. Quand je vois un bilan de réflexologie plantaire établi sur des pieds ainsi chaussés, je repouffe.

Et quand je vois une ultra-féministe chaussée de talons-aiguilles qui ne serviront qu’à nourrir les fantasmes de l’homme qui est derrière elle, en oubliant qu’ainsi elle se maltraite elle-même, comme le faisaient les chinois avec leurs femmes qu’ils voulaient réduire au simple rôle de potiche jusqu’à des temps peu lointains, je ne pouffe plus, je pleure.

Penser qu’il faut obligatoirement avoir des talons hauts pour exister, paraitre, ou être beau, est aussi stupide et inconsistant que de croire qu’il faille plisser les yeux, se mettre des élastiques au bout des doigts, avoir les ongles longs, des bagues à tous les doigts, et pourquoi pas, des bouchons dans les oreilles.

Ah! au fait, les chaussures, ça existe. Moi, je porte celles-ci, et je vous les recommande. Je ne sais pas si elles sont belles, mais ce sont juste des chaussures : confortables, faites pour le pied, en respectant la forme du pied et son anatomie, fabriquées par un artisan dans des cuirs nobles, avec des semelles amortissantes, sans couture intérieure  pour éviter d’irriter ou de comprimer le pied: www.jbrodde.fr

Pensez aussi, que changer de chaussures tous les jours, voir même plusieurs fois par jour pour certaines, c’est comme si vous changiez de véhicule tous les matins : une fois en vélo, une fois en moto, en scooter, en camion, en tracteur, en quad etc… Je vous assure que la route n’est pas la même et que le trajet peut être différent, donc vos journées aussi.

Catherine : – Ah oui mais c’est plus cher…

Ça c’est le problème du progrès… parfois on avance à reculons surtout quand nous calculons, mal… alors je le fais pour vous

Une paire de chaussures de chez « Vanupié » 80 euros + deux séances d’os Théo… à 80 euros + Doliprane quand Dolly ne plane plus parce qu’on lui casse les pieds… = 260 euros pas heureux… tous les 6 mois minimum…

Voilà les miennes et j’en change une fois par an

Mais, au fait, n’est ce pas vous, Catherine, qui m’avez dit qu’en rentrant le soir, votre premier geste était de quitter vos chaussures et de marcher pieds nus?

 La réponse est dans la question.

Allez, si vous marchez, bonne route!

Et si vous voulez vous « venger » n’hésitez pas à m’écrire j’adore les casse-pieds…

Guy Dumont

ecoledelamain.com – Tél. 06 80 48 07 09 – digiqido@wanadoo.fr

Les bonnes chaussures c’est là : https://www.jbrodde.fr

A lire également

Un commentaire pour “Mal au dos? c’est souvent le pied… lisez et vous comprendrez…

Les commentaires sont fermés

Derniers articles

Mal au dos? c’est souvent le pied… lisez et vous comprendrez…

Je voudrais dédier cet article à Catherine, qui m’écrit : “Vous, qui avez subi [...]

Ma vision du massage et de son enseignement

Cette interview à été réalisée en 2011 et rien n’a changé si ce n’est [...]

Florilège de Massage Artistique Guy Dumont

C’est en France et déjà depuis presque 40 ans bien avant les championnats du [...]

Spectacle Massage Artistique Guy Dumont Palais des Congrès Paris 1998

J’ai un souvenir très particulier pour ce spectacle qu’il faut regarder du début à [...]

L’enseignement du Vénérable Chat

C’est certainement le texte le plus beau et le plus vrai que j’ai lu [...]