Biographie

Moi 3

Il n’est pas facile d’écrire soi même sa biographie et il serait très long de relater toutes les circonstances de ma vie qui m’ont conduit à ce qui fut, pour moi, plus qu’une découverte, une révélation, mais certains évènements ou certaines situations en ont été des facteurs déterminants.


L’ECOLE DE LA VIE

Dès l’âge de cinq ans, j’ai été animé par le désir d’aider. Ce fut d’abord un chien que j’adorais et qui venait de se faire renverser par une voiture qui me mobilisa, puis, deux ans plus tard, un pronostic sévère concernant la maladie de ma mère, à qui on annonça qu’elle n’avait plus qu’un an à vivre… bien qu’elle ne mourut que 50 ans plus tard.

N’ayant aucune connaissance, ni même aucune compréhension des situations, je ne disposais pour seul outil que de mon affection et de mes mains que j’avais déjà commencé à privilégier. J’ai aussi, très vite, essayé de ressentir et de me servir de ce que j’appelle aujourd’hui « la force de l’instant », étant totalement dépourvu, en raison de mon éducation, de toute croyance religieuse. Ce qui aurait pu être un inconvénient est en réalité devenu une force, car n’ayant aucun à priori, je me suis forgé de manière empirique, au fil des années, mes propres références.

Moi BarbuD’autre part, de constitution chétive, certainement en raison de ma naissance prématurée, j’ai été en recherche permanente de confort pour moi même, ce qui m’a aussi permis de nourrir cette quête prémonitoire, qui depuis, ne m’a jamais quitté. Enfin, les multiples chutes et accidents en tous genres dont j’ai été victime tout au long de ma croissance, m’ont confronté aux effets de la douleur et de l’inconfort, d’autant plus qu’aucune écoute ni aide réelle ne m’ont pratiquement jamais été accordé, et que j’étais donc le plus souvent livré à moi même et de plus en plus tenaillé par la nécessité de comprendre et trouver mes propres solutions.

En fait, si je n’ai vécu aucun drame, je peux dire que ma vie a été jalonnée, au moins jusqu’à l’âge de 25 ans, par les affres de l’inconfort, de la douleur et de la solitude intérieure, essentiellement liée à une incompréhension réciproque entre mon entourage et moi même. Livré à moi même, j’ai pu explorer et découvrir une multitude de sensations, dans des domaines bien différents, mais je n’ai jamais pu mener mes investigations à terme, vu l’absence totale de moyens dont je disposais.

Mes multiples traumatismes m’ont amené à passer entre les mains de thérapeutes en tous genres, sans savoir qu’à défaut de l’université des hommes, j’étais à l’école de la vie. Enfin, la fréquentation quasi permanente de la douleur, puisque les 2/3 de ma vie ont été assombris par des douleurs plus ou moins invalidantes, telles que douleurs dentaires, cervicales, algies vasculaires de la face et problèmes dermatologiques chroniques,  contre lesquelles j’ai du lutter,  a développé en moi une extrême sensibilité et une acuité qui m’ont permis d’entrevoir une approche des soins et de la santé bien différente de ce qui se pratique ou s’énonce habituellement. Heureusement, mon parcours fut aussi enrichi par quelques rencontres d’hommes ou de femmes exceptionnels, qui furent et sont encore pour moi, des piliers.

C’est justement à la suite d’une de ces rencontres, que j’ai pu développer mes premiers moyens d’accès à l’aide par le toucher, grâce au Sensitive Gestalt Massage et sa géniale créatrice Margaret Elke, ce qui me valu d’être rapidement apprécié et reconnu pour la qualité de mon toucher et de pouvoir apporter ma contribution à certaines pathologies pour lesquelles les autres circuits avaient montré leurs limites.

Spectacle Massage Artistique

Lyonnais d’origine, c’est un déménagement à la campagne, il y a une trentaine d’années, qui amena une rupture avec ma vie citadine et un changement de vie radical. Je ne savais pas encore, qu’en répondant à une demande de mon voisin dont le petit neveu souffrait d’une leucémie, j’allais réellement m’engager sur le chemin de l’aide par le toucher. J’ai alors du faire face, en quelques mois, à un déferlement de sollicitations, souvent pathétiques, émanant de personnes qui atterrissaient chez moi en désespoir de causes. Et ce fut une expérience incroyable, la meilleure école sans aucun doute, dont je n’ai jamais arrêté le cours depuis.

J’ai toujours été parfaitement conscient de mes lacunes, au regard tout au moins de la médecine, et je n’ai jamais leurré qui que ce soit. Par contre, c’est avec 25 ans de passion, de désir et d’engagement, que j’ai abordé cette activité en répondant aux demandes diverses et variées, n’ayant jamais pu me résoudre à ne rien faire face à la douleur ou la détresse.

Comme me le confirma plus tard mon maitre et ami, le Dr Henri Jarricot, poser correctement la main sur quelqu’un, avec attention et bienveillance, ne peut que faire du bien, même si évidemment, ce n’est pas suffisant, selon la situation. Ayant  des connaissances assez limitées, malgré des études de naturopathie, d’ostéopathie, et diverses techniques de massage, je disposais  tout de même de mes outils propres, à savoir des mains aiguisées et un toucher affiné, qui donnaient des résultats parfois spectaculaires et m’ont amené à une conception particulière du corps humain et de la santé. Je dois ajouter que, n’ayant pas d’enfant, et pratiquement aucune vie familiale, j’étais totalement disponible, et avec le soutien de mon épouse, j’ai pu y consacrer toute ma vie, y compris dimanches, vacances ou jours fériés. Assez rapidement, j’éprouvai une sorte de rejet, ou tout au moins de méfiance, pour bon nombre de théories ou techniques qui n’apportaient pas ce qu’elles promettaient. Que ce soit sur les autres ou sur moi, j’en constatais toujours les limites, quand ce n’était pas les échecs.

C’est donc avec humilité, mais conviction, que j’ai poursuivi ma démarche en cherchant une autre manière d’appréhender le corps, sans toutefois rejeter les techniques ou produits utiles chaque fois qu’ils sont nécessaires.

J’insiste sur le fait que ce que j’appelle aujourd’hui la loi du confort, ne peut en aucun cas se substituer à quelque technique ou produit nécessaire lorsque c’est le cas, mais je maintiendrai à vie, que dans certains cas, cette loi n’est pas non plus substituable.  Je l’affirme d’autant plus fermement qu’elle ne m’appartient pas, puisque c’est une loi de la vie, même si elle n’a pas encore été démontrée scientifiquement.

Le confort a ses indications propres, voire même uniques dans certains cas, et lorsqu’il est adjoint à des traitements ou techniques parfois lourds mais indispensables, il me semble être un adjuvant irremplaçable pour tout thérapeute digne de ce nom et toute personne désireuse d’aider son prochain.

Newsletter

Derniers articles

FORMATION DE PRATICIEN ET FORMATEUR EN MASSAGE GUY DUMONT

FORMATION DE PRATICIEN ET FORMATEUR EN MASSAGE GUY DUMONT     [...]

Spectacle Massage Artistique Brésil 2002

Spectacle Massage Artistique Brésil 2002 Au Brésil en 2002 La qualité des images est [...]

Massage Assis Guy Dumont

Massage Assis Guy Dumont C’était il y a 25 ans, certainement une des premières, [...]

Massage Artistique à 2, 4, 6, 8 et 10 mains…

Massage Artistique à 2, 4, 6, 8 et 10 mains… [...]

Massage Artistique du Visage

Massage Artistique du Visage Précision du geste [...]